Vie d'expat

Les fails de ma vie d’expat à Amsterdam

mes-fails-de-vie-dexpat-a-amsterdam

Amsterdam et moi, parfois, ce n’est pas une belle histoire d’amour. Après deux mois de vie au Pays-Bas, voici mes premières mésaventures  (à prendre au second degrés, forcément).

Expat fails #1 : mes mésaventures d'expat à Amsterdam

Oublier mon parapluie.

Ne JAMAIS oublier cet accessoire qui est quasiment aussi essentiel que ton porte-feuille ! À tout moment, il va pleuvoir. Peut-être pas longtemps, quelques dizaines de minutes (ou d’heures, si comme moi, tu n’es pas très chanceux), mais crois-moi, si tu n’as rien pour te protéger, les averses d’Amsterdam ne te donneront qu’une envie : rentrer chez toi, prendre une douche bien chaude, te faire chauffer un thé et allumer Netflix ! Alors, pour continuer de découvrir la ville dans de bonnes conditions, peu importe la météo, équipe-toi (et c’est pas très cher si tu l’as oublié). Ma première soirée ici, lors de ma première semaine, j’étais partie naïvement avec un tote bag et un foulard. Il a plu des cordes, pendant 2h. La scène des comédies romantiques où les personnages principaux ont l’air de sortir de la douche ? C’était moi, le côté romantique en moins, la loose en plus. J’ai eu froid.

 

Devoir présenter mon passeport pour mes courses.

“Il faut le prendre comme un compliment”, dit-il. Oui, d’accord, très bien, je comprends, en sortant du lit à 8h avec mes grosses chaussettes et avant mon premier café, je ne dois pas faire mon âge. Mais j’ai juste commandé un pack de Sol (la bière), c’est vraiment nécessaire ? “Oui oui, sinon on ne vous livre pas vos courses”. En vivant à Londres et Amsterdam, j’ai été étonnée du nombre de fois où on me demande mon passeport, que ce soit pour acheter une bouteille de rosé ou un pack de bière, ou simplement entrer dans un bar. Et puisque je ne l’ai pas souvent sur moi, je me retrouve comme une ado à demander à mon chéri, un peu plus vieux, de payer une bouteille, puisque je ne peux pas…

 

Me retrouver devant une boulangerie fermée, un dimanche.

Alors oui, le cliché français. Je sais. Mais un petit-déjeuner avec pain au chocolat et croissant, sérieusement, c’est quand même un vrai plaisir et ça enchante un dimanche, non ?! Mais non. Les boulangeries de quartier sont fermées le dimanche. Il va falloir qu’on explore celles situées un peu plus loin. Car forcément, cliché oblige, nos pâtisseries, on les veut le dimanche matin, pas un autre jour.

Expat fails #1 : mes mésaventures d'expat à Amsterdam

 

Me sentir seule lorsqu’on ne veut me parler qu’en Néerlandais.

Mauvais moment au supermarché de notre premier quartier (en logement provisoire), principalement occupé par des locaux, moins par des touristes. Ce qui explique sûrement le comportement pas très friendly d’une caissière qui, lorsque j’ai fait mes courses, a simplement décidé d’ignorer mon anglais (pourtant polis, British experience oblige !). Pour ne me répondre qu’en Néerlandais. Bon, alors, je sais que je suis dans un pays où l’anglais n’est pas la langue maternelle. Je compte l’apprendre, bien entendu. Mais c’était un peu rude, et je me suis sentie très seule ! Ça a été la seule personne qui n’a pas switché immédiatement en anglais (qu’ils maîtrisent parfaitement ici !). Parfois, c’est pas un bon jour, c’est tout.

 

Me faire arrêter par la police car j’ai acheté un vélo.

Encerclés par la voiture et la moto, pour un vélo acheté en pleine rue ! Alors, connaissant le nombre de groupes Facebook / place de marchés en ligne / Leboncoin néerlandais, c’est assez étrange comme motif d’arrestation. Heureusement, la personne à qui j’ai acheté ce fameux vélo parlait néerlandais (oui, parce que les policiers ne parlaient que néerlandais… Moment de solitude intense #2 – voir point précédent). Ils ont vérifié le numéro du vélo, mon passeport, nos histoires, qui on était. Et on nous a laissé partir en nous prévenant de faire attention la prochaine fois. On n’a pas trop compris. Mais on est partis.

 

Se faire refuser une addition à partager.

Ah… Les serveurs néerlandais. Autant il y en a des très aimables (contrairement à Paris), autant quand ils ne le sont pas, c’est vraiment le cas (attention généralité !). Je me suis fait plusieurs fois refuser la possibilité de partager une addition en deux, ou en trois. Pourquoi ? Mystère. Même en sortant le téléphone pour calculer le montant exact à répartir, ils tirent une tête de 3m de long. Alors que l’addition est payée, partagée ou pas. Mission forcing de rigueur la plupart du temps. Je compte bien enquêter sur les raison de ce refus presque systématique ! Affaire à suivre.

 

Expat fails #1 : mes mésaventures d'expat à Amsterdam

 

Et vous, des fails (rigolos), vous en avez à partager ?

Étiquettes :
Share:

20 Comments

  1. Gabrielle
    Hello Em, je suis tombée sur ton blog sur Twitter, et comme j’écris aussi sur la vie expat, et que j’ai vu que tu vivais à Amsterdam (et que j’adorerais vivre aux Pays-Bas dans le futur), je me suis lancée dans la lecture de tes articles, et je ne regrette pas ! Celui-ci m’a beaucoup fait sourire, j’adore les pépites liées aux différences culturelles dont on a pas conscience loresque l’on arrive dans un pays. Comme toi, j’ai vécu à Londres, puis j’avais pensé partir vivre à Amsterdam, mais finalement j’ai trouvé un job à Lisbonne, où j’ai vécu deux ans (mais je suis à présent de retour en Angleterre). Le détail sur le partage de l’addition est étonnant, si tu arrives à discuter de ce point précis avec des néerlandais, je suis preneuse du pourquoi du comment ! Au plaisir de papoter de vie expat bientôt et belle continuation au pays des tulipes ! Gabrielle de l’Allée du monde.
    26 . 06 . 2017
    • Em
      Em
      Ooh merci beaucoup Gabrielle, ton commentaire me fait vraiment plaisir <3
      Bienvenue ici et ravie que tu aies aimé mes articles 🙂 Oh Lisbonne, ça m'intéresse d'en savoir plus sur une expat dans cette jolie ville, je file lire ton blog !
      A très vite 🙂
      19 . 07 . 2017
  2. Porzellana
    Bonjour, – après deux ans et demi ici – il me semble que le fait de ne pas pouvoir payer ses courses et partager son addition avec ses amis vient d’une particularité bancaire propre au Benelux. seul un ami du Luxembourg comprend, parce que c’est comme chez lui. Donc la fameuse meilleure amie des français, la carte bleue est considérée comme une carte de crédit et les supermarchés ne l’accepte pas (je sais, je peux payer au japon avec mais pas à la supérette, c’est tellement agaçant!!!!).
    du a la meme particularité, de nombreux restaurants payent cher chaque transaction par carte de crédit ( moins en carte “pinpass”), d’ou le fait que si une personne paye un gros montant, ça compte comme une transaction mais si chacun paye séparément avec de petits montants, le cout de la transaction reste le même mais est multiplié par le nombre de personnes. Je ne travaille pas du tout dans le secteur bancaire donc j’espère que ce ne sont pas des enormites Mais c’est la seule manière dont j’arrive a m’expliquer la situation 😉 Mon compagnon tout à fait local ajoute que parfois les gens sont juste paresseux et n’ont pas envie de s’embêter… conseil que j’adresse donc a tous mes amis français, prenez du liquide avec vous.
    22 . 01 . 2017
    • Em
      Em
      Bonsoir Porzellana,
      Merci pour ton commentaire et ces détails ! Ça amène des hypothèses intéressantes, je tâcherai de les vérifier dans les mois à venir 😉
      Belle soirée
      13 . 02 . 2017
  3. Julie - Mademoiselle est jolie
    Bonsoir,
    Je viens de lire ton article : un fou rire garanti ! Je rêve de partir vivre plusieurs années à Amsterdam, Londres, Reykjavík (Islande), Lausanne, Barcelone… Ton article me donne envie, pour l’aventure et les anecdotes à raconter même si sur le coup ça ne doit pas être drôle.
    Merci
    Ps : j’ai découvert ton blog grâce au café des blogueuses 😉
    25 . 09 . 2016
  4. tania
    je serai très cueireuse de savoir le pkoi de l addition partagéee
    je compte venir à Amsterdam, stp pas de pluie ces jours la
    je vx du soleil comme sur les photos que j ai vu dernièrement
    je n ai jamais été expat mais des moments de solitude j en ai vécu quelques un notamment au Brésil, Californie et Thaïlade
    sur le moment c est claire que c moins drôle
    25 . 09 . 2016
  5. Jolihibiscus
    J’ai beaucoup aimé ces petites anecdotes ! 😀 J’adore ce genre d’article !
    23 . 09 . 2016
  6. Estelle
    Ah mais je me reconnais tellement ! Je viens d’arriver à Rotterdam, donc j’ai vécu pas mal de choses identiques. Ce qui m’a le plus choquée (à part qu’on ne puisse pas partager l’addition en effet !), c’est qu’on ne peut payer par carte de crédit au supermarché ! Si tu n’as pas de C de débit, tu dois payer cash.. Pas toujours pratique cette histoire ! Et je ne me suis toujours pas habituée aux magasins qui ferment à 18h !

    Bises,
    Estelle de Chroniquesdunefrenchie

    23 . 09 . 2016
  7. Julie lit au lit
    Merci de nous partager ces anecdotes! Dommage que tu aies vécu ça! M’en veux-tu si je te dis que j’ai souri en te lisant? 😉
    23 . 09 . 2016
    • Em
      Em
      Mais de rien, si ça peut te faire sourire, j’en suis ravie 😉
      23 . 10 . 2016
  8. Sharone
    Très drôles tes fails ! Nous on vient d’arriver pour 6 mois à Montréal et on a eu un peu de mal avec le québécois. Lorsqu’on nous invite à dîner, cela veut en fait dire le déjeuner ! ! ! Bon, ben, on est arrivé légèrement en retard…
    23 . 09 . 2016
    • Em
      Em
      Merci pour ton petit mot 🙂
      Haha ça c’est un bon fail, un vrai !!! Bon à savoir en tout cas, je ne m’en serai jamais doutée 😉
      Je file suivre vos aventures canadiennes sur le blog, j’espère que tout se passe bien 🙂
      xx
      23 . 09 . 2016
  9. Ophélie G.
    Pas mal ces fails ! J’en ai quelques uns aussi, entre l’oubli du parapluie ou présenter ma carte d’identité pour acheter des ciseaux à bouts ronds. Mais ce sont ces petites anecdotes qui font sourire après. 🙂 xx
    22 . 09 . 2016
    • Em
      Em
      Merci 🙂 Ah le parapluie j’aurai pu l’ajouter à mes fails de Londres aussi… Même galère haha !
      Exactement, on en rigole après ! xx
      23 . 09 . 2016
  10. malicyel
    Eh bien, ils ont pas l’air tout le temps commodes à Amsterdam ! Pour ma part, niveau temps, c’est en Islande que j’ai été surprise. Je savais qu’il faisait froid en septembre… mais à ce point, on était congelés le premier jour 😀
    22 . 09 . 2016
    • Em
      Em
      Non, les Dutch ne sont pas les plus chaleureux, du moins pas avec moi (à voir si ça change avec le temps !)…
      Ah tu m’étonne pour l’Islande ! Ça doit surprendre en effet ! Mieux vaut bien prévoir le coup et empiler les couches en Islande, peu importe le mois je crois 😉
      xx
      22 . 09 . 2016
  11. Tara B.
    Très sympa ce petit article de “fails” 😉
    20 . 09 . 2016
    • Em
      Em
      Merci Tara 🙂 xx
      21 . 09 . 2016
  12. Cyrielle - The Wild Panda
    haha j’ai bien rigolé en lisant ton article, même si ca ne devait pas être le cas pour toi dans certaines situations.. ! En tous cas c’est très sympa d’avoir un autre point de vue sur la vie d’expat, car pour l’avoir vécue, je sais que ce n’est pas toujours tout rose!
    20 . 09 . 2016
    • Em
      Em
      Ravie de savoir que je ça t’a fait rire 😉 Oui, j’en rigole aujourd’hui, mais parfois c’était moins le cas sur le moment !
      Exactement ! On pense parfois qu’en étant expat, on n’a pas de galère… C’est faux ! 😉
      21 . 09 . 2016

Laisser un petit mot

Your email address will not be published. Required fields are marked *