Vie d'expat

Deux ans à Amsterdam

deux-ans-a-amsterdam

Deux ans déjà. Deux hivers, et deux étés.

Commencer son expatriation dans des hôtels, trouver un appartement dans le quartier parfait, et se faire à l’idée de rester. Avant d’acheter un petit bijou encore mieux placé. Et créer son nid, prendre le temps de choisir. Et s’installer.

Suivre les canaux, passer les ponts, toujours la tête en l’air, et admirer la vue. De nuit, de jour, sous la pluie, ou derrière des lunettes de soleil. Et puis rester bouche bée lorsque la ville s’illumine, lorsque le soleil se couche, lorsque la scène est tellement parfaite qu’elle paraît fake. Rester ébahie devant tant de beauté.

Apprendre à passer les saisons. Affronter l’hiver et s’équiper, calmer le rythme des soirées et se reposer. Et puis partir, loin, chaque janvier. Profiter des longues soirées d’été et de l’ambiance si particulière et joyeuse de la ville pour sortir. Aller à la plage, emmener un bouquin et siroter des limonades en écoutant le bruit des vagues. Vivre deux vies en une année.

Voir des amitiés s’effriter, pendant que des nouvelles se créent. Laisser s’évanouir des connaissances, et permettre à de nouvelles rencontres de pétiller. Trouver ces personnes qui comptent, vraiment. Avoir son cercle, son groupe. Petit mais solide. Savoir qu’on se construit une deuxième famille. Parler, manger, danser… Faire en sorte que les nuits ne se terminent jamais.

Garder son job plus d’un an et résister à l’envie de s’enfuir. Prendre le temps d’explorer, les personnes et les projets. Et surtout cette flexibilité, cette liberté d’être là où j’ai envie d’être, là où j’ai envie d’aller. Passer autant de temps à s’amuser qu’à apprendre, progresser et s’y sentir accrochée, pour un petit moment. Apprécier.

Avoir ses adresses. Pour tous types de sorties, de la plus sage à la plus folle. Du café vegan à celui où poser son ordinateur et travailler pour la journée. Du cocktail bar classy au bar un peu trop bruyant. Savoir où aller.

Se construire une routine, de celle que l’on attend et cherche mais qu’on ne redoute pas. Trouver son rythme. Se construire un cocon. Respirer.

 

Deux années. Qui ont défilé.

Deux ans à Amsterdam | Expat | Let' Em go, blog voyage & expatriation

Mon avis a tellement changé sur toi, Amsterdam, si tu savais. Toutes les deux, c’était pas gagné. J’ai eu besoin de temps pour t’apprivoiser. Parfois j’ai encore des doutes, je me dis que je te mets encore un peu à l’épreuve, les deux prochaines années peut-être. Et puis je m’arrête pour te regarder. Et je te laisse me taquiner. Ta beauté me fait tout oublier. Mais c’est comme ça qu’on construit une relation solide, n’est-ce pas ? Ne jamais rien prendre pour acquis. Questionner. Se voir partir, pour savoir si on doit rester. Je ne cherche pas de réponses à toutes mes interrogations, je les laisse filer. Je sais que peu importe mes décisions, je reviendrai. Car désormais, toutes les deux, on est un peu mariées. Alors on va composer. On va se laisser le temps et je continuerai de m’échapper lorsque ces périodes de doute sont un peu trop présentes. Je continuerai de me réfugier dans mes souvenirs ou de me laisser séduire par l’idée de partir, l’idée de m’enfuir. Mais on verra. On a le temps maintenant. Je ne parle peut-être pas ta langue mais on se comprend toutes les deux, on fonctionne de la même façon. D’apparence plutôt accessibles avant de se révéler un peu plus compliquées. Mais c’est ce qui fait qu’on s’est accrochées ?

Étiquettes :
Share:

4 Comments

  1. Nico
    J’adore ta prose ! Te lire est un régale.
    J’ai passé plusieurs week-end à Amsterdam car j’habite en Belgique et je plus j’y vais plus je ressens le besoin de m’y installer. J’aime cette ville et les personnes qui y habitent. J’espère lire d’autres de tes écrits sur cette magnifique ville.
    07 . 09 . 2018
  2. Lucie
    Joli texte, touchant ! Je m’y retrouve.
    28 . 06 . 2018
  3. Ophélie G.
    Un joli bilan pour tes deux ans à Amsterdam. 🙂 xx
    27 . 06 . 2018
    • Em
      Em
      Merci ma belle 🙂 xx
      27 . 06 . 2018

Laisser un petit mot

Your email address will not be published. Required fields are marked *